Tortue serpentine

Chelydra serpentina (Linnaeus, 1758)

Ordre : Testudines Famille : Chelydridae Genre : Chelydra

  • 101
    observations

  • 11
    communes

  • 35
    observateurs

  • Première observation
    2005

  • Dernière observation
    2021
? (information Issue De Berroneau Matthieu) - Anonyme - Atlas Ar Aquitaine 2014 - Barthes Pauline - Berroneau Matthieu - Berroneau Maud - Cd33 - Cd64 - Christophe Coãc (cistude Nature) - Cistude Nature - Cistude Nature - Coic Christophe - Coic Christophe (parcs Mérignacs) - Comcom Montesquieu - Eliomys - Faune-aquitaine.org - Fdc 47 - Fdc 64 - Frank Jouandoudet (information Issue De Berroneau Matthieu) - Infomation Venant De Matthieu Berroneau) - Information Venant De Berroneau Matthieu) - Lahitte Pierre (adjoint Au Maire) (information Venant De Jean-christophe De Massary) - Lamarque Emmanuel - Simethis (non Renseigné) - Matthieu Berroneau - Matthieu Berroneau (cistude Nature) - Matthieuberroneau - Mme Ingrid De La Clergerie (- Centre Equestre Le Plec (salaunes)) - Mme Ingrid De La Clergerie (centre Equestre Le Plec (salaunes) - Mme Ingrid De La Clergerie ( Centre Equestre Le Plec (salaunes) - Mme Ingrid De La Clergerie (centre Equestre Le Plec (salaunes)) - Oncfs - Parcs Mérignacs (information Venant De Berroneau Matthieu) - Particulier / Pomies Jean-claude / Christophe Coã¯c (information Venant De Berroneau Matthieu - Maillard Jean-franã§ois) - Siaebvelg - Umr-biogeco

Informations sur l'espèce

La Tortue serpentine présente une morphologie caractéristique. Sa carapace, marron à olivâtre, est faiblement bombée et ornée de trois carènes parallèles. Le plastron est de petite taille et très échancré. La tête, particulièrement massive, est terminée par une mâchoire supérieure en forme de crochet. Deux barbillons sont présents sur le menton. La longue queue et les pattes sont ornées de grandes écailles et d’excroissances lui donnant un aspect crocodilien. Longueur totale : 55 cm max. pour 30 kg ou plus.
Malgré sa grande taille, la Chélydre serpentine est difficile à contacter car très aquatique. Cette tortue s’expose peu au soleil et se contente de se placer à la surface, ne laissant émerger que les yeux et les narines. Très adaptable, cette tortue a probablement une préférence pour les eaux lentiques, végétalisées et peu profondes, mais semble s’accommoder d’eaux courantes.
La Chélydre serpentine est une tortue aquatique originaire d’Amérique du Nord. Elle est l’une des tortues dulçaquicoles présentant la plus large répartition latitudinale puisque son aire de répartition s’étend sur toute la moité est du continent depuis le sud des États-Unis jusqu’au sud du Canada. Les ventes de la Tortue serpentine ont été sans commune mesure avec celles de la Trachémyde écrite. Comme cette dernière, elle a été interdite de commercialisation à la fin des années 1990 mais de nombreux individus se retrouvent aujourd’hui à l’état naturel en France. En Nouvelle-Aquitaine, elle est présente en bonne densité dans les marais du Haut-Médoc où sa reproduction est désormais avérée.
La Chélydre serpentine est une espèce exotique. Son impact potentiel sur la faune locale est inconnu, et elle ne fait l'objet, à l'heure actuelle, d'aucun suivi ou programme d'études.
Non renseignée pour le moment
Testudo serpentina Linnaeus, 1758

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles