Pélobate cultripède

Pelobates cultripes (Cuvier, 1829)


  • 412
    observations

  • 22
    communes

  • 19
    observateurs

  • Première observation
    1905

  • Dernière observation
    2020
Anonyme - Atlas Ar Aquitaine 2014 - Bekaert Laetitia - Berroneau Matthieu - Berroneau Maud - Biotope Sud-ouest - Cistude Nature - Coic Christophe - De Reinach Hirtzbach Jérôme - De Reinach Hirtzbach Jérôme - Ecosphere - Faune-aquitaine.org - Faune-charente-maritime.org  - Fdaappma 33 - Inpn - Oge - Priol Pauline - Umr-biogeco - Wisniewski Nastasia

Informations sur l'espèce

Le Pélobate cultripède est un crapaud de taille moyenne à grande, de coloration très variable, généralement marbré de brun sur fond clair. Il est facilement reconnaissable à ses gros yeux à pupille verticale et par la présence de couteaux noirs à la base des pattes postérieures. Le mâle présente sur les avant-bras un renflement caractéristique. Les têtards atteignent des tailles importantes (généralement 70 mm, mais peut dépasser 110 mm). De couleur gris uni translucide, ils sont facilement reconnaissables à leurs yeux très écartés et à la forme caractéristique de leur nageoire qui rappellent les têtards de rainettes. Lors de la période de reproduction, le mâle émet un chant faible rappelant le caquètement d’une poule.
Le Pélobate cultripède affectionne différents types de sols, de préférence meubles et ouverts. D'affinité méditerranéenne, il est généralement observé dans des gravières, des prairies rases, ou encore sur les dunes du littoral. Amphibien fouisseur, il s’enterre en journée, parfois à plusieurs dizaines de centimètres. Il devient actif la nuit où il se déplace à la recherche de proies.
Le Pélobate cultripède est un amphibien de l’extrême sud-ouest de l’Europe uniquement. En France, il est présent en région méditerranéenne et sur une petite partie de la côte atlantique. En Nouvelle-Aquitaine, il est ponctuellement présent sur le littoral atlantique, depuis le sud des Landes jusqu'en Charente-Maritime. Des reliquats de populations continentales subsistent également en Gironde, Lot-et-Garonne et Landes.
Le Pélobate cultripède est une espèce en déclin. Très localisées, ses populations semblent isolées les unes des autres. Il souffre majoritairement de la disparition de ses habitats et de ses lieux de reproduction et la disparition de plusieurs populations sont déjà documentées.
Non renseignée pour le moment
Cultripes provincialis J. Müller, 1832 | Rana calcarata Michahelles, 1830 | Rana cultripes Cuvier, 1829

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles